Pulsations Réseau de santé, article destiné aux professionnels de la santé

Texte: 

  • Clémentine Fitaire

Photos: 

  • iStock

« Mieux associer les proches aidants » : un projet pilote avec la DGS

Afin de mieux reconnaître les personnes proches aidantes comme des partenaires pour améliorer la prise en charge des patients et patientes, un projet pilote a été mis en place en octobre 2021. Une partie de ce projet sera menée en collaboration avec la Direction générale de la santé (DGS). 

Grand axe du programme « Plus de collaboration pour la prise en charge des patients », inclus dans le plan stratégique Vision 20+5, le projet « Mieux associer les proches aidants » vise à créer des synergies entre les personnes aidantes, leurs proches et le personnel soignant. Dans un premier temps, l’objectif est de mieux distinguer les proches aidants et aidantes, puis de les accompagner en fonction de leurs besoins, en leur offrant du soutien et des informations pour, à terme, améliorer la qualité et la sécurité des soins. « Il y a un problème d’identification des personnes proches aidantes, de la part des médecins, mais aussi des personnes aidantes elles-mêmes, qui parfois ne se reconnaissent pas en tant que telles », constate Sandrine Jonniaux, responsable du programme Patients Partenaires et codirectrice du projet avec Laure Giossi, patiente partenaire. 

Une collaboration étroite 

La place des personnes proches aidantes, sujet de réflexion mené depuis longtemps aux HUG, a pris un tour nouveau avec la mise en place du projet en 2021. « Nous avons rapidement souhaité rencontrer Véronique Petoud, déléguée cantonale aux proches aidants, afin d’insérer ce programme dans le plan cantonal », explique Sandrine Jonniaux. 

L’une des pistes de travail consiste à repérer les différents niveaux d’implication des proches pour mieux les reconnaître et leur apporter les ressources nécessaires. Un continuum d’engagement et de besoins a ainsi été défini : 

  1. Recevoir de l’information 
  2. Pouvoir s’exprimer, donner son avis 
  3. Pouvoir décider pour soi ou son proche 
  4. Pouvoir agir dans les soins 

Un événement public, « Regards croisés », sera également organisé le 9 juin 2022 en collaboration avec la DGS et l’institution genevoise de maintien à domicile (imad), afin de partager les expériences et créer des synergies avec ces différents partenaires. Cela permettra notamment de sensibiliser les métiers de terrain à l’identification des aidants et aidantes, dès l’accueil d’un ou une patiente aux HUG. L’occasion également de recenser les ressources à disposition des équipes soignantes et des personnes proches aidantes, en mettant en évidence les points d’amélioration. 

Cette étape importante sera suivie de la création d’une « carte de légitimation », élaborée en partenariat avec la DGS. Elle guidera les proches aidants et aidantes pour s’inscrire sur la plateforme cantonale et leur donnera accès aux différentes informations et ressources à disposition. 

D’autres éléments visant à mieux intégrer ces proches dans la prise en charge sont en réflexion et seront dévoilés lors de la Journée des proches aidants au mois d’octobre. 

Pour en savoir plus, consulter l'article Aider un proche concerne une personne sur quatre

13 %

D’après la dernière Enquête suisse sur la santé, 13 % de la population a reçu, pour des raisons de santé, l’aide de parents, connaissances ou voisins, en 2017. 

Texte: 

  • Clémentine Fitaire

Photos: 

  • iStock
Partager
En savoir plus

Mots clés: 

Autres articles